L’adolescence est souvent passage difficile, pour les adolescents eux-mêmes, mais aussi pour les parents. Que faire pour aider au mieux ces jeunes dans cette transition vers leur vie d’adulte tout en conservant un équilibre familial ?

Force est de constater que pour les parents, accompagner un adolescent dans la traversée de ces années est éprouvant – bousculant sur leur passage bon nombre de nos certitudes.

Le rôle du parent au moment de l’adolescence demande de ce fait quelques réajustements, parfois même une sérieuse remise en question. Car les jeunes savent pointer du doigt nos imperfections ou nous mettre face à nos contradictions. Nos valeurs, nos choix de vie et nos orientations sont examinés à la loupe. Alors que faire pour aider au mieux ces jeunes dans cette transition vers leur vie d’adulte tout en conservant un équilibre familial ?

Je vous propose quatre pistes de réflexion que vous explorez selon vos propres intuitions. Chaque situation étant différente.

Soyez réalistes

Aussi bon pédagogue que vous puissiez être et quelle que soit votre volonté de « bien faire », vous ne pourrez jamais faire abstraction de certaines réalités. Aucun parent ne vit dans un monde idéal où les paramètres seraient en permanence réunis pour adopter la bonne attitude vis-à-vis de ses enfants : Avoir du temps, être en paix avec soi-même, ne pas avoir de soucis professionnels, se sentir en pleine forme, …

 

La réalité est tout autre. Nombreux sont les soirs où vous rentrez chez vous stressés, fatigués, soucieux de l’avenir ou encore préoccupés par des problèmes d’argent. Votre patience ou votre disponibilité sont alors bien limités. Votre seul besoin serait juste de vous déconnecter un instant de toutes ces sources de stress pour vous détendre.

 

Et c’est précisément à ce moment là que vous devez enfiler votre habit de parent qui requiert disponibilité, écoute, patience, tolérance, fermeté, … Bref, l’équation est impossible à résoudre. Il s’agit plus de composer avec tous ces
éléments du mieux que vous le pourrez sachant que vous ne pourrez jamais
atteindre la perfection.

Prendre conscience de cette réalité permet toutefois de réfléchir en termes d’aménagements à trouver. Dans une vie de parents, rien ne doit être laissé au hasard. Plus vos contraintes professionnelles sont lourdes, plus il est nécessaire de programmer des temps pendant lesquels vous vous rendez totalement disponible pour vos enfants et d’autres pour vous ressourcer.

Deux choses essentielles doivent être énoncées clairement à vos enfants adolescents :

Vos limites : « Actuellement je jongle en permanence entre ma vie professionnelle et ma vie familiale, ce qui me frustre beaucoup et provoque chez moi beaucoup de stress. Je n’ai pas à ce jour d’autre alternative car ma vie d’adulte est engagée dans cette direction et même si parfois je réfléchis à d’autres possibilités, pour l’instant la situation est celle-ci et ne peut être radicalement modifiée»

Votre engagement sans faille : «Je suis ton père ou ta mère et tu peux t’appuyer sur moi car mon rôle est de t’aider à franchir ce cap délicat. Et cela reste vrai même si parfois la colère ou le ressentiment l’emportent et que mes mots traduisent alors plus mon découragement que mon amour pour toi ».

Soyez objectifs

S’il est une chose que tous les adolescents du monde maîtrisent c’est bien cette capacité à relever systématiquement chez leur parent tout ce qui serait en décalage avec leur discours. Et plus leur propre attitude est répréhensible plus ils attendent que vous soyez irréprochables !

En écoutant récemment un père particulièrement affecté par les critiques virulentes proférées à son égard par son fils de 15 ans, je me disais qu’aussi déstabilisante que soit cette situation, elle pouvait néanmoins s’avérer très positive.

« Sommes nous finalement si sûrs de nos choix de vie ? Avons-nous la certitude en permanence d’être fidèles à nos rêves de jeunesse ? »

« Sommes-nous réellement dans l’impossibilité de changer les choses qui ne nous permettent plus de nous épanouir ? »

« Appliquons nous à la lettre dans nos propres vies d’adultes les règles de conduite que nous aimerions que nos enfants suivent ? »

Certes, il est parfois plus simple d’occulter toutes ces questions tellement nous savons que nous ne sommes pas à l’abri de critiques. Cependant, avoir aussi avec vos enfants un discours sincère qui permettrait d’aborder avec eux le sens que vous essayer de donner à votre vie, peut leur donner le sentiment qu’ils ne sont pas seuls face à la leur et que vous pouvez aussi les comprendre dans leur questionnement. Attention cependant à ne pas tomber dans le piège qui consisterait à chercher – pour détourner le problème – à vouloir faire « copain-copain » avec vos enfants. Vous savez au fond de vous que cela est illusoire car que vous ne seriez pas à votre place. Ce type de comportement ne ferait qu’accentuer chez eux le sentiment angoissant d’être très seuls.

Soyez créatifs

S’il est un domaine où votre imagination est la bienvenue, c’est lorsque vous êtes confrontés à des situations difficiles avec les adolescents.

Tout votre talent d’innovateur va pouvoir s’exprimer car vous constaterez rapidement qu’il ne suffit pas de reproduire les méthodes éducatives prônées par les générations précédentes. Entre l’autoritarisme excessif et la permissivité à outrance vous avez un vaste champ à explorer.

Mais alors me direz vous, où se situe cette « juste » place que nous pouvons occuper pour réussir notre rôle de parent ?

La réponse se situe justement dans un espace où tout reste à imaginer au fil des jours en restant en accord avec vos valeurs éducatives. Rien n’est véritablement écrit à l’avance car c’est vous et c’est lui. Chaque histoire est unique.
Force est de constater que la plupart des parents, mais aussi des pédagogues, tâtonnent. Les concepts changent régulièrement. On cherche, on explore, on teste …

Ne serait-ce pas justement l’occasion d’innover ? Ne sommes-nous pas nous parents trop souvent prisonniers du regard et du jugement des autres ?
« Voyez comme il s’épuise inutilement à discuter avec son fils. A sa place, moi je l’expédierais dans sa chambre sans perdre mon temps à dialoguer. Les parents sont là pour décider ! »

« De mon temps, on n’acceptait pas d’entendre un enfant répondre à son père. Une bonne paire de claque et l’affaire était réglée ».

Nous savons bien au fond de nous que ces jugements ne nous aident pas à écouter nos propres intuitions.

Et si nous étions là justement devant un nouvel espace de liberté à explorer ?
« Moi, parent d’un fils de 15 ans ne sachant plus au juste quelle attitude adopter, je vais prendre le temps d’appréhender la situation différemment. Je vais réfléchir et me fier davantage à ce que je ressens au plus profond de moi car je suis attentif aux besoins de mon enfant et à ce qu’il exprime même parfois dans la provocation »
Ne serait-ce pas la façon la plus efficace de l’aider ? Quitte à laisser de côté bon nombre de mes idées ? Quitte à être en désaccord avec les dictats du moment en matière d’éducation ?

Soudain s’ouvre devant vous un réel champ d’exploration où vous serez le seul maitre à bord. En adulte responsable, vous saurez poser les limites mais aussi vous ouvrir à de nouvelles façons d’aborder les problèmes qui se présenteront à vous.

C’est un sentiment de grande liberté qui s’imposera à vous. Libre de faire autrement, libre d’imaginer, libre de réfléchir surtout afin de trouver de nouvelles pistes.
Car ce ne sont pas les idées qui vous manquent la plupart du temps. En réalité, ce qui bloque la majorité des parents c’est d’être prisonnier d’un seul système de pensée éducative.

Soyez aimants

J’aimerais terminer par l’essentiel et parler enfin de l’amour que nous portons à nos enfants. Cet amour inconditionnel où réside toute notre force. Cet amour dans lequel vous allez puiser régulièrement pour vous ressourcer et repartir confiant.

C’est ce qui vous donne toute votre énergie, toute cette force sans cesse renouvelée même au fil des épreuves, des doutes et du découragement.

Jamais cette source extraordinaire d’amour ne se tarit, quelles que soient les embuches ou les conflits traversés. C’est proprement extraordinaire.
Cependant, il est parfois nécessaire de se retirer un peu au calme, surtout quand la situation devient très conflictuelle pour se replacer au cœur de votre rôle de parent : éducateur oui mais surtout aimant et protecteur.

L’enfance mais aussi l’adolescence sont les seuls moments de la vie où l’on devrait pouvoir compter sur cet amour délivré sans limite et sans condition.
Nos adolescents recherchent avant tout d’une manière souvent très maladroite à être rassurés sur le fait que cet amour ne va pas leur être retiré même lorsqu’ils deviennent parfois moins « aimables ».

Et même si le désordre de leurs chambres, leur goût prononcé pour des musiques bruyantes ou encore leurs choix vestimentaires provoquent chez les parents plus de réprobation que d’élan de tendresse, il ne faudrait jamais perdre de vue que les adolescents ont grand besoin d’être soutenus et aimés.

 

Dossier et texte : Béatrice VICHERAT

 

 

2 Comments

  1. Eliane Barnouin says:

    Merci pour ce message plein d’encouragements et de sagesse , oui laisser libre court à notre ressenti car l’Amour ne se trompe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*